GEOLOGIE

CHAPITRE II

 

BAILIEVRE - GEOLOGIE

 

1. Méthode de travail.

 

Ce chapitre a pour but de poser les matériaux qui serviront à l’explication des phénomènes morphologiques, lithologiques, hydrographiques et botaniques qui suivent. Il ne consiste donc pas en une recherche pure.

 

Avec pour document de base la carte géologique dressée d’après l’échelle stratigraphique de 1929, nous nous sommes appliqués à retrouver sur le terrain des affleurements témoins. Nous avons simplifié quelque peu l’échelle stratigraphique moderne pour la mettre en concordance avec l’essentiel de l’ancienne carte géologique et le résultat de nos excursions sur le terrain. Les photos aériennes, vues en stéréoscopie, ont fourni les éléments d’ensemble permettant de compléter l’exploration du terrain même.

 

Notre étude consistera d’abord à dégager les caractères spécifiques des étages et sous-étages. Une nomenclature des affleurements suivra dont nous donnerons la localisation, une description sommaire et des données chiffrées : angle de pente s’ouvrant vers le sud entre la couche et le plan horizontal et direction par rapport au nord géographique. Avant cela nous allons donner un aperçu général de la tectonique et de la stratigraphie de Bailièvre.

 

2. La tectonique.

 

Bailièvre est situé sur le flanc sud du synclinorium de Dinant. Nous nous attendons donc à trouver sur cette aire limitée une succession de couches monoclinales sensiblement parallèles. Effectivement les couches sont inclinées comme on s’y attend, avec un angle moyen de 45°. Leur direction est presque " Est-Ouest ": elles font un angle compris en 70 et 90° avec le nord géographique.

 

Les phénomènes géologiques sont plus marqués à l’Est. Sans doute parce qu’on se rapproche de l’axe du bombement transversal de la surélévation de Beaumont. C’est pourquoi nous avons étendu notre étude plus à l’est que la limite administrative de la commune.

 

3. La stratigraphie.

 

Nous avons vu que selon la tectonique, toutes les couches s'alongent d' Est en Ouest. En parcourant le terrain du Sud au Nord, nous allons rencontrer, comme sur tout le flanc sud du synclinorium, la présence du mésodevonien et du néodevonien. A Bailièvre, de la base au sommet, nous avons le givétien, le frasnien et le famennien.

 

Le premier, essentiellement calcaire, correspond au plateau méridional et le second à une vallée schisteuse ridée par la présence du calcaire. Les grès du dernier forment la crète de séparation d'avec la deuxième vallée creusée dans les schistes qui, outre 1es grès caractérisent le famennien.

Synthèse géologique

 

----------> pour accéder aux cartes et aux schémas géologiques, cliquez ici.

 

Echelle stratigraphique & carte régionale

 

Coupe Nord-Sud

 

Carte géologique dessinée

 

Carte des affleurements

 

Et si on s'informait aujourd'hui?

 

 

-----------------> pour accéder à la description des affleurements, cliquez ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Frasnien.

 

Le frasnien, qu'on divise en deux assises : Frasnes et Matagne, est caractérisé par l'importance considérable des schistes. Ceux-ci alternent avec les bancs de calcaires massifs au soin desquels se développent différents niveaux de récifs coralliens.

 

A la base, on rencontre deux zones schisteuses que nous avons groupées car elles sont de peu d'épaisseur et difficiles à séparer. Ensuite, suivant l'échelle stratigrraphique, il y a une zone plus calcaire, localement schisteuse, renfermant des récifs organogènes. Au dessus de cette zone récifale, on trouve deux zones schisteuses à nodules calcaires. Après cet intermède, on retrouve du calcaire massif qui englobe de nouveaux récifs. La première assise du frasnien se termine par une zone schisteuse renfermant elle aussi des récifs coralliens.

 

L'assise de Matagne est composée essentiellement de schistes fins desquels on passe insensiblement aux schistes famenniens.

 

Correspondance avec la vallée de la Heppe.L'importance des schistes donne à l'ensemble du frasnien une moindre résistance à l'érosion qui se traduit par une dépression. A Bailièvre, 1a Heppe coule au fond d'une vallée dont le thalweg se trouve sur le sommet du frasnien et la base du famennien. La flanc méridional qui repose sur l'assise de Frasms est étagé à cause de la succession dos parties schisteuses et calcareuses.

Le Famennien.

 

Pendant la première période du famennien, le dépot qui s'étendit sur toute l'étendue du massif paléozoïque était essentiellement schisteux. Plus tard, sont apparus dans le nord des dépots arénacés, qui ont atteint progressivement des régions plus méridionales. L'érosion a enlevé tous ces dépots sur les zones anticlinales de l'Ardenne. Activée par la descente relative de l'ensemble ardennais, elle a atteint les parties schisteuses au delà des couches gréseuses. Ce qui n'est pas le cas plus au nord. D'où les deux ensembles lithologiquement distincts du famennien : une série schisteuse à la base : les schistes de la Famenne, surmontés d'une série gréseuse : les psammites du Condroz.

 

On n'a pas encore établi l'échelle stratigraphique sur des bases paléontologiques. Actuellement, on distingue le Fa 1 a, composé de schistes vert foncés, fréquemment noduleux. On ne pourra donc le rencontrer sur des hauteurs. Ie Fa 1 b recèle des schistes violacés avec de minces bancs de psammites. On peut en conclure que ce sous-étage formera des vallées et des collines selon l'importance de sa composition gréseuse. La Fa 1 c contient plus de psammites et aussi, très localement, du marbre rouge. La partie supérieure gréseuse, ayant été enlevée, nous n'en parlerons pas.

 

Correspondance avec la vallée du " Rieu Teron ".

Le passage du frasnien supérieur au famennien inférieur est insensible : ils sont tous les deux schisteux. Le Fa 1 a entame le versant septentrional de la Vallée de la Heppe.

 

On le retrouve aussi sur le versant sud de la vallée du Rieu Teron et, de même plus au nord, à la limite de Bailièvre, annonçant une nouvelle vallée.

 

La crète de séparation entre les deux vallées témoigne de la présence de grès tandis que la vallée du Rieu-Teron et la nature des talus des chemins encaissés milite souvent en faveur des schistes.

 

Si le Fa 1a ne forme pas de crètes, il en va autrement du Fa1b. Les deux seuls affleurements que nous avons pu découvrir dans le famennien se trouvent sur les talus des chemins encaissés franchissant la crête .

Le Givétien.

 

Tant dans le givétien proprement dit que dans l'assise de Fromelennes (***), le calcaire est dominant.C'est, d'ailleurs, ce qui fait leur parenté.

A la base du Gv b existe une zone schisteuse d'une dizaine de mètres de puissance.

( *** )

Selon l'échelle stratigraphique moderne, l’assise de Fromelennes est placée dans le frasnien à cause de la similitude de faune. Par contre, la lithologie la rapproche du givétien proprement dit.

Nous l’y avons laissée parce que cela détermine la correspondance entre le givétien et le plateau méridional et que, par suite de notre manque de compétence en paléontologie, nous préférons établir les distinctions sur une base lithologique. Dans la zone que nous étudions, nous ne ferons pas de différence entre les sous-étages de cette assise.

Correspondance avec le plateau méridional.

La présence du calcaire givétien a donné une meilleure résistance au plateau relativement à la vallée schisteuse, domaine du frasnien. La séparation est très nette sur le terrain; la photo aérienne l'accuse d'ailleurs fortement. De ce fait, on peut suivre la direction générale des couches - environ 80°" par rapport au nord. Au sud, le plateau est légèrement déprimé la long de la limite de commune, par suite de la présence de schiste à la base de I'assise de Promelennes; la direction de la vallée est parallèle à celle de la ligne de séparation entre plateau et vallée de la Heppe.Correspondance avec le plateau méridional.La présence du calcaire givétien a donné une meilleure résistance au plateau relativement à la vallée schisteuse, domaine du frasnien. La séparation est très nette sur le terrain; la photo aérienne l'accuse d'ailleurs fortement. De ce fait, on peut suivre la direction générale des couches - environ 80°" par rapport au nord. Au sud, le plateau est légèrement déprimé la long de la limite de commune, par suite de la présence de schiste à la base de I'assise de Promelennes; la direction de la vallée est parallèle à celle de la ligne de séparation entre plateau et vallée de la Heppe.

La nouvelle carte géologique de Wallonie : Bailièvre 2006

Nibh sapien amet taciti lorem magna sodales quia