..................... GEOGRAPHIQUES

III. HYPOTHESES GEOGRAPHIQUES

 

Géographie & Histoire, ........... à partir de nos villages, de nos provinces.

Point n'est besoin de chercher loin, .....

 

......la surprise, l'originalité et la découverte sont à portée de promenade.

Ce qui n'empèche ni la réflexion, ni même la méditation !

 

 

 

 

A propos d'un bout de la frontière franco-belge, immuable depuis 2000 ans

Autre sujet de géographie locale, près de la "frontière immuable",

 

Bailièvre, dans la Botte du Hainaut

 

 

 

 

Ainsi définie par la carte ci-dessous, cette zone frontière occupe l'extreme pointe du triangle ardennais. Serait-ce une bonne hypothese géographique pour expliquer, d'abord son origine, ensuite sa pérennité?

 

LA POINTE DU TRIANGLE ARDENNAIS

 

Le massif de l'Ardenne forme un triangle dont la pointe est orientée vers l'Ouest. Il culmine à environ 700m d'altitude et s'enfonce comme un coin entre la grande plaine du Nord et le Bassin parisien au Sud.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son climat est rude et son sol est pauvre. Fortement individualisé, il se présente comme un haut plateau couvert de forêts et de prairies, s'opposant aux paysages de culture qui l'encadrent, tant au Nord qu'au Sud.

 

Sa pointe ouest ajoute à ces caractéristiques générales, un trait particulier qu'elle tient de la géologie. Son sous-sol est constitué de roches très anciennes datant du début de l'ère primaire. Il en résulte un sol imperméable qui garde son humidité en surface et se transforme souvent en marécages, malgré l'altitude.

 

C'est la Thiérache, le pays des rièzes, des sarts et des brulis.

 

Cet austère paysage, dont les caractères étaient probablement plus accentués encore il y a 2000 ans, s'est présenté aux spécialistes romains de l'aménagement du territoire, comme une limite naturelle adéquate pour séparer deux provinces de l'empire...

 

A propos de limites naturelles, on se souviendra que le Royaume de France était, jusqu'au 14e siècle, borné à l'est par des fleuves : du Nord au Sud : Escaut, Haute-Meuse,Saone, Rhone.

 

 

Une discontinuité cependant : entre les deux premiers nommés, ou la liaison est horizontale, la frontière ne suit pas le cours d'un fleuve.

 

Vraiment?

 

Il y a quelques millions d'années, ainsi que l'indique la carte ci-contre, la Haute-Meuse se dirigeait vraisemblablement vers le nord-ouest jusqu'à rejoindre le Haut-Escaut, peu avant leur embouchure commune dans la région deTournai.

 

 

L'histoire puiserait-elle son inspiration dans les ères géologiques?

 

 

 

 

LA THIERACHE

 

La région naturelle qui correspond à notre "frontière immuable" s'appelle la Thiérache, ou le Plateau de Rocroi, ou le Pays des Rièzes et des Sarts.

 

Le plateau de Rocroi qui culmine à presque 400 m a, comme assises géologiques, les roches les plus anciennes du massif ardennais,datant du Cambrien, ère géologique d' il-y-a 570 000 000 d'années.

 

Ces roches appelées "phyllades" sont très dures et, en se désagrégeant, donnent un sol imperméable.

 

Cette imperméabilité génère des marécages qu'on appelle ici les "rièzes", qui, le climat froid aidant, sont impropres à l'exploitation agricole.De grandes forêts ont longtemps couvert la région ; il en subsiste deux zones homogènes s'étendant en latitude de part et d'autre de la frontière. Entre les deux, une clairière discontinue à été créée( en Belgique seulement,sauf autour de Rocroi), par brulis.

 

On entend par "brûlis", une partie de forêts incendiée ou de champs dont les herbes ont été brûlées afin de préparer le sol à la culture(LAROUSSE)

 

On entend par "essartage", le défrichement d'un terrain boisé, avec brûlis des bois inutilisables et épandage de la cendre produite,dans le dessein d'une mise en culture temporaire du terrain défriché.(LAROUSSE).

 

La toponymie locale est truffée de ces dénominations : Bois des hauts marais, villages de Rièzes, Cul-des-sarts, Bruly, Bruly de Pesches,...

 

LA LIGNE-FRONTIERE

 

Aussi étrange que cela paraisse sur ce haut plateau, la ligne frontière est formée de cours d'eau sur 3/4 de la distance.

 

Il s'agit à l' Ouest, de la Wartoise, affluent de l'Oise, dont les eaux, par conséquent, s'éloignent vers le Bassin parisien et l'Atlantique.

 

A l'est, c'est le cours supérieur de l'Eau-noire qui, orientee d'abord comme la Wartoise, bifurque vers le nord dans un paysage très accidenté, puis vers l'est et atteint Couvin.Elle s'y jette dans le Viroin,dont les eaux se déversent, via la Meuse, dans la Mer du Nord.

 

Sur presque toute sa longueur, la "frontière immuable" est bordée, au nord par des prairies,au sud par des forêts.

 

Au sud de Cul-des-sarts, renseignée par la carte IGN numéro 62, se trouve la "Borne des trois empires"

1

2

3

 

 

 

BELGIQUE : un bout de frontière immuable

 

SOMMAIRE

•Les faits

•Hypothèses pour expliquer: l'histoire

•Hypothèses pour expliquer: la géographie

•Visite sur place

 

Immuable : "qui n'est point sujet à changer"(LAROUSSE)