Nha trang

Viet Nam

Croisière en Mer de Chine, mars 2002

Une longue plage de sable fin bordée de cocotiers, des promontoires rocheux s'avançant dans la mer turquoise, des petites montagnes et une myriade d'îles au large : Nha Trang a été gâtée par dame Nature!

 

Avec un site comme celui-là, rappelant vaguement (et en miniature) la baie de Rio, on ne pouvait rêver que d'une station balnéaire. C'est ce qu'elle est aujourd'hui. Capitale de la province de Khành Hoà, cette ville de 200 000 habitants est bien partie pour devenir la première plage du Vietnam. Avec sa grande avenue longeant le front de mer, et sa ligne d'arbres parallèle sur plusieurs kilomètres, la ville a longtemps conservé intact son urbanisme hérité de l'époque coloniale. Nha Trang était surnommée « la Nice de l'Indochine française A Nha Trang il suffit de traverser la rue Tran Phu pour aller faire trempette dans l'eau... Un délice!

 

La pagode de Long Son: située à la sortie de Nha Trang, sur la route de Saigon, à l'ouest de la ville. Construite à la fin du siècle dernier, c'est l'une des plus vieilles pagodes de Nha Trang.

 

La pagode s'adosse à une colline surmontée d'un énorme bouddha blanc assis en position du lotus, et dominant toute la ville. Un escalier de 152 marches y mène. La vue est vraiment superbe, particulièrement en fin d'après-midi. Les faubourgs de Nha Trang disparaissent sous une sorte d'immense cocoteraie.

Cliquer pour agrandir

NHA TRANG

Les tours chams de Po Nagar.

 

Les ruines des temples de Po Nagar (la Dame de la Cité) composent l'un des plus beaux témoignages architecturaux de la civilisation cham. Du site on a une vue superbe sur la côte et le très beau village de pêcheurs établi à l'embouchure de la rivière Cài. Le site se trouve à 2 km au nord du centre-ville. Traverser le pont de la rivière Xôm Bông (vue admirable sur le port de pêche et ses ribambelles de bateaux bleus) : Po Nagar se dresse au sommet d'une butte granitique, juste sur la gauche après le pont. 7 à 8 tours furent élevées sur ce perchoir sacré face à la mer, entre le VIIe et le XIIe siècle de notre ère, mais le site faisait déjà l'objet d'un culte hindou depuis le IIIe siècle. Il ne reste que 4 tours encore debout, servant de sanctuaires à des foules de bouddhistes, qui ont squatté , en quelque sorte ces temples naguère voués à une autre religion

 

La tour la plus imposante, la plus intéressante, est la tour Nord. C'est le seul temple dédié à une femme : l'intérieur très sombre et enfumé abrite la statue de la déesse Uma, dotée de 10 bras. Elle porte un vêtement de couleur jaune. Cette tour Nord, haute de près de 23 m, est un exemple parfait de l'architecture cham, caractérisée par sa forme pyramidale à 4 côtés.La tour centrale, élevée au XIIe siècle, a été construite avec des matériaux récupérés sur le temple primitif du VIIe siècle. Son ornementation est moins travaillée que celle de la tour Nord. À l'intérieur, on voit un lingam, pierre phallique que les bouddhistes semblent avoir intégrée dans leur culte.

 

L'emblème de Po Nager est une danseuse aux seins nus entourée de 2 flûtistes : c'est, dit-on, le côté négatif de Çiva, dieu de la Destruction et de la Dissolution. Tandis que le temple cham de Po Klong Garai, près de Phan Rang, serait placé sous la tutelle d'un Çiva bénéfique.

PHOTOS-VIDEOS